FR

Cart 0 item(s) View Cart Sign In

CD booklet
Fauré: Intégrale des mélodies pour voix et piano

Opera News
January 10, 2019

THIS IS THE THIRD COMPLETE, four-disc recording of the songs of Gabriel Fauré—but the first to perform them in the original keys and in chronological sequence. The performances are appealing, but unfortunately the package fails to offer English translations of the song texts. For anyone willing to use Google, or who may own one of the complete versions (on the Hyperion and Signum labels) that offer English ponies, the performances here by four French–Canadian singers, admirably accompanied by pianist Olivier Godin on an Érard instrument, exemplify French style with directness and energy. At times they offer welcome alternatives to their admittedly more penetrating and elegant predecessors on disc.

The chronological sequence allows us to follow Fauré’s sixty-year mélodie career, from early efforts that suggest dance tunes, often in triple meter and with strict stanza patterns, to the more open form inspired by discursive and elusive poetic texts. The composer in midcareer (1892–94) seems awakened by the edgier, more exuberant and youthful poems by Paul Verlaine. His final period verges on abstraction and some coyness, marked by stark recitative-like writing and minute nuance.

These performances suggest a strong interpretive consensus between accompanist and singers, with an infectious rhythmic pulse and a natural-feeling integration of words. The piano lines seem constantly fresh.

Baritone Marc Boucher, best-known of the soloists after several important song-recording projects, seems especially closely attuned to the composer’s style. He is excellent in the early “Tristesse d’Olympio,” set to the lofty, mythologically inspired poem by Victor Hugo, which reads like Greek tragedy. Here the singer closely calibrates shades of intensity between speech and lyrical effusion, with expressive rubato and taut phrasing. The range of other songs, like the popular early “Après un Rève,” sounds problematic for him, but his grasp of the later four-song cycle L’Horizon chimérique has implicit ardor and depth.

The female singers are heard mostly in some of the late cycles, in which their rich timbres act as a tonic. Soprano Hélène Guilmette, after catching both the boredom and desperation of the famous “Prison,” shines in the four songs of Mirage, which are so diverse in their rhythms and moods, with expansive phrasing and dynamics. The ten-song sequence La Chanson d’Ève finds a champion in ebullient mezzo Julie Boulianne, who endows the horizontal vocal lines and frustrating unresolved cadences with a sense of wonder.

But the most exciting participant is the tenor, Antonio Figueroa, whose glinting, effervescent sound is complemented by drive and fluency. It’s exciting to hear him in some of the best-known, most gripping songs, such as the nine that make up the mercurial La Bonne Chanson. Figueroa’s inflections, and certain cues in the text itself, justify the unusual slow tempo taken here in “Clair de Lune,” a step back from the prevailing antics that is, in fact, a real plus.

© 2018 Opera News 

Le Devoir
December 15, 2018

Notre intégrale des mélodies pour voix et piano de Gabriel Fauré fait partie des dix meilleurs disques de l'année du journal Le Devoir: « Grandiose et admirable projet québécois appelé à rayonner partout dans le monde. Sous la houlette d'Olivier Godin et de Marc Boucher, ce coffret Fauré agence les mélodies de manière chronologique, mais pas strictement, afin d’assurer une alternance des voix, très agréable à l’écoute. On retrouve Hélène Guilmette soprano, Julie Boulianne et Marc Boucher, ossatures du précédent coffret Poulenc, avec l’apport majeur et surprenant du ténor Antonio Figueroa qui se moule à l’admirable recherche de style. »  

Full article: HERE

Medium large
December 14, 2018

Les meilleurs disques classiques 2018, selon Frédéric Lambert
« C'est riche, c'est beau ! » La chronique de Frédéric Lambert à Médium large où il présente notre Intégrale des mélodies pour voix et piano de Gabriel Fauré comme l'un des meilleurs disques classiques 2018! 

To listen to the review: HERE

Classica
October 3, 2018

5 *****
Quelle merveille ce piano Érard de 1859 qui chante naturellement et emporte les voix sous les doigts évocateurs d'Olivier Godin ! On suit l'itinéraire Fauré pas à pas, des pages mondaines aux cycles suspendus comme des jardins, du salon à l'univers, et l'on entend à mesure l'harmonie se creuser, la mélodie chercher la ligne infinie, la voix se faire archet, le romantisme céder devant un monde nouveau dont Fauré dans son grand âge et par-delà la surdité aura entendues des musiques inouies. Impossible de détailler les qualités de chacun, mais ces quatre chanteurs soignent autant les vers de Marc Monnier que ceux de Verlaine et font entendre d'abord ce qu'entend le compositeur chez ses poètes.

Full review, click HERE

The WholeNote
August 27, 2018

ATMA’s new set of Gabriel Fauré’s mélodies offers a fresh approach to one of the most glorious collections of songs by a single composer. These songs are – not surprisingly – frequently recorded. But this complete set is the first to pay particular attention to their historical circumstances. The results are illuminating – and gorgeous.

Each of these 108 songs has been recorded in its original key, by a singer with the voice type Fauré specifically had in mind. To hear the songs with the colour and pitch Fauré intended is, for me, revelatory. The piano is French, an Érard made in 1859, just two years before Fauré wrote his first song. The pitch has been lowered to A435, which was then standard. What’s more, the songs are presented in the order Fauré wrote them. This chronological pathway through these songs, following the lead of the still-wonderful landmark Ameling-Souzay-Baldwin set from 44 years ago, remains the most effective way to approach them. More recent collections tend to group the songs by theme, relinquishing an invaluable opportunity to show how Fauré’s music evolved throughout his long, groundbreaking career.

The five musicians here – all Canadians, all from Québec – capture Fauré’s idiomatic style in truly memorable performances. Mezzo-soprano Julie Boulianne gives such a sumptuously nuanced performance of the early Au bord de l’eau (At the water’s edge) that when she sings “to feel love in the face of all that passes away,” you experience the lovers’ doubts just as forcefully as their longings. In Clair de Lune (Moonlight), the first of Fauré’s magnificent settings of Verlaine, tenor Antonio Figueroa finds just the right balance between ardour and serenity to evoke fountains sobbing with ecstasy in the calm moonlight. Pianist Olivier Godin elicits sublime colours from Fauré’s unsettling piano part.

Baritone Marc Boucher, artistic director of this mammoth project, suffuses the dreamy melodic lines of En Sourdine (Muted) with profound care for the text and elegant phrasing. His tenderness is utterly moving, even when his voice shows some unsteadiness. It takes a singer as expressive as soprano Hélène Guilmette to penetrate the recitativelike rhythmic patterns and distilled chromatic harmonies of Reflets dans l’eau (Reflections in the water) and reveal the enthralling melodic arc of this late masterpiece.

The informative booklet notes by Jacques Bonnaire are given in French and English. But the texts, unfortunately, appear only in the original French (or English in the case of the rarely heard Mélisande’s Song), without translations.

Pamela Margles - The WholeNote 

Gapplegate Classical-Modern Music Review
July 12, 2018

 Music enthusiasts who favor certain artists and/or composers tend to respond well to a “complete” anything by those people. If you know you like the music of that person, it stands to reason that you would wish to hear everything that person might have created or performed in a particular category or genre. So I felt this way when I found I had the chance to hear and review the new Integrale des Melodies pour Voix et Piano by Gabriel Faure (1845–1924) (Atma Classique ACD2 2741 4-CDs). The first thing that hit me on opening up the set was the extremely attractive graphics and very practical setup with all four CDs and the booklet bound in gatefold style—in other words as a single, integral “hard covered” CD book.

The artists and their readings are of course central to the success of such a project. A core aspect of that is the continual presence of Olivier Godin playing a gloriously sweet 1859 Erard instrument.

The vocalists, separately and on rare occasions in various combinations, are graced with beautiful voices that are not too operatic and seemingly perfectly suited to the song form as Faure practiced it. They are Helene Guilmette, Julie Boulianne, Antonio Figueroa, Marc Boucher. Each is a true artist and a wonderful Faure interpreter.

A confession before I get deeper into my experience of this music. When I started seriously listening to Classical and Modern Classical music I tended in part to get ever deeply into composers I was exposed to partly out of chance and partly from reading up on the history and development of the music. So for various reasons in the realm of French music I gravitated toward Franck, Debussy, Ravel, Satie, Milhaud, Honegger, Poulenc and Messiaen, etc. I at first missed Faure partly because it was easy without coaching not to understand completely the continuity and change of the progressive unfolding of important French composers in the Late Romantic period, and partly because I came slightly later to vocal music—especially in the case of Faure, the songs and choral music that made him so important. So in time I came to listen to these things and came to love it, along with the solo piano music as well.

So in terms of my listening to the Faure song output, I listened closely to a select group of the songs sung by singers I respected very much, but in my hearing of the wealth of them I was missing a good many of them. So in the Godin and company complete song set I have happily the chance to hear the all of them. After repeated listens I am very glad to find that there is a consistent brilliance of compositional presence, a lyrical yet very focused intensity to them all Faure was a voice that sat between the heavily impassioned Late Romantic Berlioz and the dazzlingly dappled transparency of Debussy and Ravel. Faure in his songs have a good deal of feeling yet always a kind of light touch, more translucent and so very much more French than some of the other great song masters of his times.

The 108 songs-melodies are a formidable gathering by any standard. The jacket notes inform us that this set is the first to respect Faure's specifications completely as to voice type for each song and the original key indications. The Erard is tuned to 435 Hz, which was decreed by the French Ministry as the standard in 1859. So in so many ways these are the works faithfully rendered as Faure intended them to be heard. We begin with Op. 1, No. 1 and go from there to those last songs on the Op. 100s. Is there increased clarity, increased introspection as we go from early to late? I hear it something like that, though I have neither sat down and done some statistical aural correlations. Even then some of my perceptions are perforce subjective. I embrace that the music as all music sounds a certain way to me and for me as you must also have your own take. Intersubjectivity may confirm my impressions or it may not. No matter. I am neither qualified to write a PhD dissertation on such a thing nor at this point would I want to!

The point in all this is simple. The music is essential, all of it if you have the time to devote to it and want to expand your appreciation and understanding of the French Art Song in a period central to the development of Modernism. The performances are moving and poetic. The music impeccable, expressive, even ravishing in its beauty and expressive determination.

So if you have the inclination to get this, I believe you will be happy to delve into the wealth of fine music! Get this, then!

© 2018 Gapplegate Classical-Modern Music Review

Classiquenews.com
June 14, 2018

Voilà une nouvelle intégrale qui vaut surtout par la finesse critique et le profil exigeant des interprètes concernés. En particulier le pianiste Olivier Godin, vrai « diseur » au clavier, complice en nuances des solistes qu’il n’accompagne pas, mais soutient et guide par le seul jeu subtil de son toucher superélégant comme hyper suggestif. Connaisseur des lieder de Schubert, Schumann et Wolf entre autres, le pianiste québécois aime transmettre sa passion sensible de la nuance. Le pianiste est passé maître dans l’art difficile des couleurs et des ombres en résonances, enrichissant comme peu avant lui, les facettes de la voix soliste qu’il « éclaire » ainsi. Au cœur de son travail, le partage et l’écoute, donc le juste placement de sa respiration avec celle du chanteur. Une telle osmose porte ses fruits (irrésistibles) dans cette intégrale majeure. Ce goût des autres, partagé avec une intelligence et une musicalité permanente s’entend ici.

Olivier Godin retrouve l’excellent baryton Marc Boucher, au verbe simple, à l’intonation économe et précise, dont les couleurs subtiles éclairent le Fauré mélodiste, amateur/connaisseur de textes poétiques des plus solides. Pianiste et chanteur ont tous deux approchés la pédagogue Jacqueline Richard (disparue en 2015) qui fut aussi le professeur de Placido Domingo. Ils s’entourent d’une colonie de chanteurs francophones au Canada, dont le propre est la passion convaincante de la langue française : ainsi, le format de la mélodie les unit tous, leur inspirant des incarnations parmi les plus passionnantes que nous ayons écoutées.

Déjà complices d’une précédentes intégrale POULENC (2013), pianiste et chanteur recidivent au bénéfice des nuances fin de siècles et Belle Epoque de Gabriel Fauré.

Au total, 4 chanteurs jouent du dialogue voix et piano avec une décontraction heureuse qui stimule notre écoute pourtant grâce à la maîtrise collective dans l’art d’articuler et de faire chanter les textes et la musique : Hélène Guilmette, Julie Boulianne, Antonio Figueroa, Marc Boucher. Chacun offre une perfection chambriste et linguistique qui affirme un nouveau jalon de maîtrise : bon nombre de chanteurs en France devraient s’y ressourcer et pointer chaque élément qui compose une perfection de ciselure française. Voici que le Québec donne le ton et impose une leçon de beau chant.

L’articulation fusionne avec l’expressivité, l’élégance naturelle avec l’intensité maîtrisée des nuances, la clarté comme la précision, l’intonation comme la projection… tout sonne juste et idéalement conçu. Chaque interprète éclaire de l’intérieur la richesse suggestive du texte, par son grain et la couleur propre de sa voix ; pianiste et chanteur réalisent une combinaison propice à l’explicitation lumineuse des univers poétiques, mélodie par mélodie.

En plasticiens de la matière sonore, ils ajoutent aussi la couleur spécifique d’un instrument qui privilégie un format sonore inscrit dans la pudeur et la mesure (idéal désigné pour la musique de Fauré), un piano Erard de 1859 (emprunté à la salle Bourgie à Montréal).

Secrètement amoureux de sa mécène Winaretta Polignac qui a financé nombre de ses projets artistiques, Fauré cultive l’épanchement intime et secret, la qualité de l’intelligence nuancée et filigranée. On retrouve ses mélodies dans un ordre qui, selon le sens des enchaînements et la préparation réalisés par le baryton Marc Boucher, favorise l’alternance des timbres et voix associées.

Alban Deags - Classiquenews.com 

Le Journal de Montréal
June 2, 2018

★★★★★
De Gabriel Fauré, tout amateur de musique classique connaît le Requiem. Dans un autre registre, l’intégrale des mélodies confine au ravissement pur. En quatre disques et pour la première fois dans leur tonalité originale, la petite compagnie ATMA vient de façonner un petit bijou. Avec la soprano Hélène Guilemette, le baryton Marc Boucher, la mezzo-soprano Julie Boulianne, le ténor Antonio Figueroa et le pianiste Olivier Godin, nous naviguons dans des univers mélodiques riches, au texte unique. Bravo !

Christophe Rodriguez - Le Journal de Montréal 

Le Devoir
June 2, 2018

Olivier Godin est un pianiste de l’ombre. Selon la formule consacrée, on le qualifie de « pianiste accompagnateur ». Le volet Mélodie du Concours musical international de Montréal, auquel il contribue, et la parution d’une intégrale discographique des mélodies de Fauré mettent son travail quelque peu en lumière.

« Créer des couleurs qui vont avec des sons qu’on ne produit pas, ce n’est pas la même chose que de jouer en solo : c’est un métier en soi », s’exclame Olivier Godin rencontré par Le Devoir en marge du Concours musical international de Montréal, où deux de ses candidats viennent d’accéder à la demi-finale du volet Mélodie.

« On a souvent l’impression que les accompagnateurs sont des pianistes qui n’ont pas réussi à percer. Dans mon cas, et celui de la plupart de mes collègues, c’est un vrai choix. » Dans les académies d’été, Olivier Godin s’est aperçu que, certes, on peut enseigner bien des choses, mais que « le sens de la collaboration et du partage, le fait de respirer avec un instrument, est présent, voire inné chez certains jeunes musiciens et pas chez d’autres ».

Professeur à 25 ans
Dans le cas d’Olivier Godin, on peut parler d’un mélange heureux de prédispositions et de circonstances : « Jeune, je jouais avec des collègues d’école, puis j’ai commencé à accompagner des chanteurs, élèves de la classe de Marie Daveluy au Conservatoire. À l’âge de 19 ans, j’ai eu une bourse pour aller étudier en Californie avec Jerome Lowenthal en tant que pianiste soliste. Il y avait là une classe d’accompagnement vocal animée par Warren Jones, et les pianistes solistes devaient se frotter à l’accompagnement vocal. Ainsi, on m’a donné une partition en me disant qu’il y aurait une classe de maître à accompagner le lendemain. Quand je suis arrivé, je me suis aperçu qu’elle était donnée par Thomas Hampson ! C’était mon baptême, mais cela s’est bien passé et j’ai indéniablement eu la piqûre de l’accompagnement vocal. Ensuite, j’ai eu la chance d’avoir un poste au Conservatoire à 25 ans comme accompagnateur, puis comme responsable de l’atelier d’opéra. »

Au coeur de ce parcours, Olivier Godin chérit les cours suivis avec Jacqueline Richard (1928-2015). « Elle a enseigné à Marc Boucher, à Aline Kutan, elle fut coach de Plácido Domingo, elle avait été invitée à Bayreuth : c’était une professeure très exigeante. La plupart du temps, nous parlions. Nous parlions de beaucoup de choses. Cela m’a construit. »

Le répertoire français est « par la force des circonstances » au coeur du répertoire d’Olivier Godin, qui se sent pourtant très proche de Schubert, Schumann, Brahms et Wolf et trouve la langue allemande « tellement belle ». « J’en joue autant même si j’en enregistre moins », nous dit le pianiste qui vient de débuter au disque dans ce répertoire par… Le chant du cygne de Schubert, un disque à paraître avec le baryton français Thomas Dolié.

Le projet Fauré
Olivier Godin est depuis quelques années avec le baryton Marc Boucher, directeur artistique du Festival Classica qui se tient ces temps-ci, notamment cette fin de semaine à Saint-Lambert, au coeur d’une galaxie cultivant la mélodie française au Québec.

La fine équipe a enregistré en 2013 une intégrale des mélodies de Poulenc chez Atma. Elle vient de s’attaquer à un projet plus redoutable encore : une intégrale Fauré qui vient de paraître chez le même éditeur avec un résultat encore plus convaincant.

La qualité, le soin apporté à l’élocution poétique, l’homogénéité sans faille de l’équipe vocale, notamment dans la maturité et le grain des voix, a rehaussé notre intérêt d’en parler avec Olivier Godin, d’autant que le projet, élaboré sur deux ans, grâce à un montage financier impliquant une mécène suisse, le Festival Classica, ATMA et Musicaction, se distingue immédiatement d’intégrales antérieures par l’utilisation du piano Érard de 1859 de la salle Bourgie, qui donne immédiatement une couleur « fin XIXe siècle » à l’aventure sonore.

C’est d’ailleurs cet élément qui a emporté l’adhésion d’Olivier Godin : « Lorsque Marc Boucher m’a proposé d’enregistrer une intégrale Fauré, je ne voyais pas sa pertinence, après Gérard Souzay ou Elly Ameling. Puis, nous avons parlé du diapason de l’époque, à 435, du piano Érard et d’enregistrer les mélodies dans les tons originaux avec les voix pour lesquelles les mélodies ont été écrites. »

Pour Olivier Godin, il a fallu d’abord domestiquer l’instrument : « Je n’avais pas joué souvent sur des pianos Érard. Quand j’ai commencé à travailler, j’ai compris que c’était un autre instrument. J’ai donc demandé à pouvoir passer deux semaines seul avec l’instrument pour comprendre comment il fonctionne. J’ai compris que le fait que les cordes soient droites donne des perceptions de registre [graves, moyens, aigus] plus définies et que le mécanisme explique pourquoi sur les partitions de musique française, les indications de pédales sont si longues. La pédale est plus subtile que sur un piano moderne, et on a plus de marge de manoeuvre. À force d’écouter cet Érard, on se rend compte que c’est un son aussi pertinent dans Fauré que des trompettes baroques dans Bach. » Il est vrai que tout au long du coffret, Godin éclaire les ombres de ce piano aux couleurs mordorées.

Le coffret Fauré, de quatre CD, agence les mélodies de manière chronologique, mais pas strictement, afin d’assurer une alternance des voix. Celle-ci est très agréable à l’écoute. Si l’on retrouve Hélène Guilmette, Julie Boulianne et Marc Boucher, ossatures du coffret Poulenc, l’apport majeur et surprenant est celui du ténor Antonio Figueroa, d’un mimétisme stylistique surprenant avec Boucher, dont il est une sorte d’alter ego ténorisant.

Olivier Godin le reconnaît : « Marc Boucher a réalisé un gros travail de préparation et un travail de direction artistique remarquable pour assurer une cohésion, par exemple pour la diction française de l’époque. Cet engagement a été précieux, car alors que pour Poulenc, j’avais assuré la direction artistique, l’ampleur des partitions de Fauré me gardait très occupé et m’empêchait d’avoir les oreilles partout. »

Le prochain projet de la fine équipe de mélodistes québécois concernera la musique de Massenet. Quant à Olivier Godin, si son baryton finlandais passe en finale du concours, dimanche, il va se frotter à la musique de Ture Rangström et d’Aare Merikanto, ce qui va sans doute étancher sa soif de découvertes. 

Christophe Huss - Le Devoir

ICI Musique
May 18, 2018

Quatre voix québécoises réalisent une intégrale des chansons lyriques de l’un des plus grands compositeurs français : Gabriel Fauré. En effet, sur Gabriel Fauré : intégrale des mélodies pour voix et piano, on peut entendre la soprano Hélène Guilmette, la mezzo-soprano Julie Boulianne, le ténor Antonio Figueroa et le baryton Marc Boucher. Au piano : l’excellent Olivier Godin.

L’univers sonore de Gabriel Fauré est riche et complexe. Ses premières armes dans le domaine de la Mélodie (c’est le nom donné à la chanson française conçue pour des voix lyriques ou « classiques ») sont de l’ordre de la simplicité des phrases et des harmonies. Plus on avance dans la chronologie des compositions, cela dit, plus Fauré semble s’imprégner du modernisme en train de naître un peu partout autour de lui. La mélancolie, elle, est presque toujours la principale compagne émotionnelle de l’auditeur de ces perles du répertoire lyrique.

Nous vous offrons ici le premier des quatre albums du coffret, celui qui comprend, entre autres, le fameux Après un rêve, et qui contient les partitions de la période initiale de création de l’artiste.

Des intégrales des chansons de Gabriel Fauré, ça existe déjà. Alors, qu’a-t-elle de spécial, celle-ci? Jamais n’avait-on tenté de reproduire à l’identique les sonorités originales de ces mélodies raffinées dans un seul coffret, ce qui est le cas ici. Au fil des décennies, plusieurs de ces pièces ont en effet été chantées par d’autres voix que celles prévues au départ par le compositeur (mezzo, ténor, baryton, etc., on a fini avec le temps par mélanger régulièrement les interprètes, ce qui n’est pas un mal, remarquez). On a aussi, à l’avènement du piano moderne (accordé différemment que les pianos du 19e siècle), modifié leur tonalité.

Ce qu’Atma a fait ici, c’est offrir chaque mélodie à un ou une interprète dont la tessiture vocale correspond à celle de l’artiste pour qui Fauré l’avait écrite au départ. On a aussi utilisé les tonalités d’origine, et, cerise sur le gâteau, le piano qui accompagne est un Érard fabriqué en 1859, restauré au Québec et conservé (et utilisé) à la salle Bourgie du Musée des beaux-arts de Montréal.

Frédéric Cardin – ICI Musique