FR

Cart 0 item(s) View Cart Sign In

Les Violons du Roy

03/10/2009

Les 25 ans des Violons du Roy (Le Devoir)

Les Violons du Roy featured in Le Devoir for their 25th anniversary.
Click HERE to download the PDF version (in French).

14/12/2009

Les Violons du Roy's triumph in NYC (La Presse)

Les Violons du Roy play Handel's Messiah at Carnegie Hall (La Presse, December 2009).
Click HERE to download the PDF version of the article (in French).

12/12/2011

Phénoménal «concert de l'année» (Le Devoir)

 

Le Devoir 

 

«Handel: Le Messie
Lydia Teuscher (soprano), Krisztina Szabo (mezzo), James Gilchrist (ténor), Kevin Burdette (basse), La Chapelle de Québec, Les Violons du Roy, Bernard Labadie. Maison symphonique de Montréal, dimanche 11 décembre 2011.

Depuis l'ouverture de la Maison symphonique de Montréal, l'OSM a joué la 9e Symphonie de Beethoven, la Turangalîla-Symphonie de Messiaen, fait venir le Philharmonique de New York et Hélène Grimaud. La salle a accueilli Gergiev et son orchestre de Saint-Pétersbourg et même Bryn Terfel, lors du concert de gala du Métropolitain. Mais rien n'y a fait: les grands triomphateurs de ce premier trimestre d'existence de notre nouvelle salle sont des musiciens de Québec!

Bernard Labadie, Les Violons du Roy, la Chapelle de Québec sont venus, on les a vus et ils ont vaincu! Le Messie donné hier après-midi devant 1800 spectateurs — un record pour Les Violons à Montréal — s'impose comme le «concert de l'année», tant on y a navigué à des hauteurs, à des niveaux de détail de conception et d'exécution à peine esquissés dans la grande majorité des concerts.» (...)

«En 2009, nous avions parlé de classe, d'élégance, de subtilité, de raffinement, de sérénité, de lumière et d'expertise. Le niveau que Labadie et ses musiciens ont atteint dans cette oeuvre leur permet de célébrer en toute apparente décontraction un Messie ailé, transparent, inventif et logique. La nuance de base est le mezzo-piano, ce que, grâce à la Maison symphonique, on entend et on goûte pour la première fois. Sur cette nuance se greffent, sans la moindre crispation, des lignes plus longues ou des éclairages dynamiques variés. La Chapelle de Québec a été immense par la palette déployée, de la légèreté de «Lift up your heads», au mystère et aux explosions de «Since by man came death».

C'est le choeur «All we like Sheep» qui devient la synthèse bouleversante de cette interprétation visionnaire: la transition figée, illuminée sur «And the Lord hath laid on Him the iniquity of us all» glaçait littéralement le sang.

Ils étaient 1800 à assister, à participer, à un miracle musical. Ils reviendront.»

- Christophe Huss

 

Click HERE to download the PDF version of the article (in French).