EN

Panier 0 item(s) Voir mon panier Me connecter

Julie Boulianne

, mezzo-soprano

Reconnue pour son intelligence musicale et sa grande sensibilité, Julie Boulianne est actuellement l’une des artistes lyriques canadiennes les plus en vue. L’année 2011 s’est révélée riche en engagements prestigieux, avec ses débuts au Metropolitan Opera de New York dans les rôles de Diane d’Iphigénie en Tauride de Gluck et de Stefano dans Roméo et Juliette de Gounod. Elle a aussi récemment été Fragoletto dans Les Brigands d’Offenbach à l’Opéra de Toulon et à l’Opéra-comique de Paris, Lazuli dans L’Étoile de Chabrier au New York City Opera, Cendrillon dans l’opéra éponyme de Massenet aux opéras de Marseille et de Montréal, et Elisa dans Tolomeo de Handel au Glimmerglass Opera. Ajoutons aussi la Cenerentola de Rossini, rôle qu’elle a maintes fois interprété.

Julie Boulianne a aussi chanté à l’Opéra de Québec, au Minnesota Opera, au Florida Grand Opera, à l’Opéra d’Avignon et l’Opéra de Tours. De plus, elle a été soliste avec les orchestres symphoniques de Montréal, et de Québec, le Nashville Symphony Orchestra, de l’Atlanta Symphony Orchestra, de l’Orchestre Métropolitain et des Violons du Roy. Plusieurs de ses concerts ont été enregistrés et diffusés par la radio de Radio-Canada, par Radio-France et par la National Public Radio aux États-Unis.

Originaire de Dolbeau-Mistassini, Julie Boulianne est diplômée de la Juilliard School of Music de New York, de l’École de musique Schulich de l’Université McGill, en plus de compter sur les précieux conseils du pianiste Dalton Baldwin. Elle a en outre reçu d’importants prix et récompenses, dont le Prix de la Chambre professionnelle des directeurs d’opéra, remis au finaliste le plus prometteur lors du Concours musical international de Montréal 2007, le Silverman Prize, offert par l’International Vocal Art et le Joy in Singing Competition de New York.

« Chaque note est parfaitement à sa place ; jamais on ne sent d’effort.
Entre de telles mains, on peut s’abandonner à la pure interprétation.
Hier, en l’écoutant, j’ai pleuré. » — CLAUDE GINGRAS, LA PRESSE

 
Mahler Lieder
Julie Boulianne
ACD22665
octobre, 2011