EN

Panier 0 item(s) Voir mon panier Me connecter

Livret Album de photos
Chopin: 26 préludes - Scriabine: Sonate no.2 op.19

barczablog
19 décembre 2012

 Rana offers a conservative reading, and I mean this in a good way. Many of the preludes include passages that can be ambiguous when played quickly, when interpretive liberties with accents & emphases cause us to lose a sense of the work’s meter and so to change the shape of the piece. I believe that if you start it with a particular shape, while you may bring out voices in places, play with it briefly, that the preludes should be essentially static from beginning to end. In this sense, I prefer a straight-forward and conservative reading, whatever its pace. This is what I believe we find in recordings by the great Chopin interpreters, such as Rubenstein, Arrau, Ohlsson and Zimerman. I think of Chopin as a neo-classicist, not unlike Mozart & Debussy and therefore want transparency & a respect for structure in the execution, especially simple compositions such as these.

Rana is sometimes reticent, playing a prelude quietly, but each one is self-consistent, shaped with eloquence and nobility. Before too long I relaxed into the performance, put at ease by her easy mastery of the requirements of these short pieces.

The Scriabin shows us more of Rana’s fluidity, particularly with evenly shaped phrases of perpetual motion constructions. As such it’s a good match to the Chopin Op 28, albeit somewhat more angular & chromatic.

Rana was still in her teens when the recording was made, not that you could tell from her excellent playing. Another star is born.

Leslie Barcza - Barczablog

Le Journal de Montréal
6 octobre 2012

★★★★½

Plus jeune encore que le viooncelliste Stéphane Tétreault, la pianiste de dix-huit ans Beatrice Rana, 1er prix du Concours international de Montréal. Vous dire qu'elle est à suivre relève de l'euphémisme tant cette interprète pose avec insistance et grâce les premiers jalons de sa carrière avec les Préludes de Chopin. Dans un esprit plus Cortot/Samson qu'Arguerich, elle livre sa version, jamais académique, avec un phrasé délicat, toucher coloré et des idées bien «précises». Un vrai cadeau. 

Christophe Rodroguez - Le Journal de Montréal

Radio-Canada - Première Chaîne
2 octobre 2012

En 2011, au Concours musical de Montréal, elle avait surpris tout le monde. Un petit vent de fraîcheur venu de l'Italie.  

Si jeune, elle a déjà une signature en plus d'un plein contrôle de son instrument, dans tous les styles.

Je l'aime énormément, un premier disque solo très réussi!

Frédéric Lambert - Médium Large

Le Devoir
25 septembre 2012

Le CD de Beatrice Rana nous paraît mériter un coup de projecteur prioritaire le jour même de sa sortie.

Beatrice Rana est italienne, montréalaise de coeur puisqu’elle s’est fait connaître internationalement en remportant ici, en 2011, le Concours musical international. Le disque qui paraît mardi chez ATMA était inclus dans la panoplie des prix récoltés par la jeune artiste âgée de 18 ans. Mais ce CD n’a rien d’un de ces vanity records sans autre aura ou importance que celui d’une carte de visite sonore.

Le couplage des Préludes de Chopin et de la 2e Sonate de Scriabine par Beatrice Rana a une réelle portée sur le marché discographique et témoigne d’une vraie personnalité musicale qui n’est pas sans évoquer celle des grands lauréats du Concours Chopin (Argerich, Pollini) juste après leur victoire.

Les Préludes de Chopin au disque c’est Cortot, Perlemuter, Argerich, Tharaud, Philippe Giusiano et quelques autres. Beatrice n’abat pas les chênes ; elle plante le sien à côté. Il y a un son, une patte, un souffle (Prélude 16, fabuleux !), du romantisme (Prélude 4), des élans superbes (Prélude 19) et une vraie apothéose dans l’ultime 24e Prélude. Bref, il y a tout ce qui fait une grande interprétation. 

Christophe Huss - Le Devoir