EN

Panier 0 item(s) Voir mon panier Me connecter

Livret
Elles

Le Parnasse musical
3 juillet 2019

L’album fait un survol de la musique de chambre écrite par des femmes, du début 19e siècle jusqu’à aujourd’hui. Les pièces choisies ont été adaptées ou écrites pour l’alto, instrument encore négligé mais unique. Tout comme ces femmes qui ont vécu dans l’ombre. Leur talent restait caché, peu diffusé ou encouragé. Aujourd’hui, la question ne se pose plus du tout. Les temps ont changé. Et ce disque fort bien réalisé, leur laisse une voix éloquente pour se faire entendre.

De la musique délicatement romantique de Clara et Fanny du début 19e siècle, chantante et galbée d’harmonies séduisantes, on se dirige par la suite vers l’impressionnisme de Nadia Boulanger et Rebecca Clarke (1886-1979). Cette dernière a composé une admirable sonate pour alto et piano en 1919. C’est la pièce maîtresse du disque. Sur cette toile complexe et riche, il y a des nuances dignes de Debussy et Ravel. Il faut du temps pour en apprécier l’ensemble, et Marina Thibeault met en relief toutes les impressions qui s’en dégagent. C’est magnifique.

Avec Lillian Fuchs (1901-1995), les sonorités particulières de l’alto sont exploitées à fond. C’est vivant, palpitant d’idées neuves. Moderne mais accessible. L’altiste s’y est investi et sa technique est parfois démentielle. Tout comme dans la pièce d’Anna Pidgorna, The Child, Bringer of Light, Marina Thibeault fait preuve d’un talent à toutes épreuves dans cette musique étrange et sensorielle, aux sonorités parfois microscopiques d’un univers qui pourrait être celui des insectes! Fascinant et déroutant.

Pour terminer, n’oublions pas la prestation de Marie-Ève Scarfone, qui accompagne l’altiste de manière impeccable. Son jeu est d’une belle rondeur, délicat et fort bien dosé. Un beau disque qui met en lumière un instrument singulier et le talent des femmes d’hier à aujourd’hui.

Le Parnasse musical
 

Applegate
28 mai 2019

What is worthwhile comes to us by directed chance. We cannot sample everything yet we choose much of what we find at critical junctures. So I did not simply find today music, Elles (Atma Classique ACD2 2772) in my mailbox. I asked for it explicitly. And I am glad I did.

It features women composers, Romantic through Modern, with apt and fine-honed performances by Marina Thibeault on alto/viola and Marie-Eve Scarfone on the piano. What strikes me after quite a few listens is the poise of the artists. They give us a striking musical demeanor. The viola, much as I might love Leonid Kogan ecstatic high notes on violin, has an alternate universe of burnished sounds in the somewhat lower register and I have a special love for that. Ms. Thibeault knows what she is about and takes perfect advantage of the inherent sound of the instrument to accentuate the musical possibilities suggested and prescribed by the composers on the program. And Ms. Scarfone responds with an equally burnished pianism that goes a long way to ensure an entranced listen.

So the selection of works seems rather inspired. It begins with Clara Schumann; Trois Romances, op. 22; a work of unabashed depth and piercing presence. Then the mood becomes ever more focused as we revel with Nadia Boulanger (1887-1979) and a starcasted viola version of her Trois pieces pour violincello et piano. It is one of her most memorable chamber works and the version here is haunting. I find such programs well enhanced with the presence (as here) of something by Fanny Hensel (Mendelssohn), a touching nocturne based on Goethe vision of nightfall. Goethe admired her music and she quite clearly appreciated his poetry.

The last duet work is by a composer I have only come to appreciate in the last decade, Rebecca Clark (1886-1979). Her Sonate pour alto et piano; is one of her classic pieces and the version here is as inspired as it deserves to be.

Perhaps the highest point of the program occurs at the end, a leap into the modernity of the later then-as-now with two extended solo viola works played with a convincing fervor by Ms. Thibeault. The 1956 Sonata Pastoral composed by violist Lillian Fuchs (1901-1995) makes a lovely and gritty impression, which is then seconded by the living and thriving Anna Pidgorna and her The Child, Bringer of Life.

In the end I am left with a feeling that an important recital has been savored, that my appreciation for the viola and its deeply inimitable possibilities have been well realized with works by women I hear and learn from, revel in, that I bask within the hearing of same.

Viva Marina Thibeault, viva Marie-Eve Scarfone, and viva Elles.

2019 applegate Classical-Modern Music.
 

The WholeNote
26 avril 2019

Clara Schumann’s Three Romances Op.22 appear again on another recital of works by women composers, this time as the opening tracks on ELLES, featuring the Canadian duo of violist Marina Thibeault and pianist Marie-Ève Scarfone. There’s no word on the transcription source (a viola version was published in 2010) for this or the following work on the CD, the Trois pièces pour violoncelle et piano by Nadia Boulanger. Written in Boulanger’s mid-20s, some seven years before she gave up composition to concentrate on teaching, the piano again features prominently in three brief movements, two of which were transcriptions of organ improvisations.

A very brief setting of a Goethe poem by Fanny Hensel, Mendelssohn’s highly talented sister, precedes the two major works on the disc: Rebecca Clarke’s Sonata for Viola and Piano from 1919; and the Sonate Pastorale for solo viola by the American violist Lillian Fuchs. A professional violist, Clarke left a wealth of viola works that finally seem to be attracting the amount of recording attention they richly deserve. Written in New York, her sonata is redolent of contemporary French music.

In all the viola and piano works, Thibeault plays with a pure tone and a smooth melodic line, ably supported by Scarfone; there are times, perhaps, when a stronger attack could be used. That, however, is exactly what we get in the two unaccompanied works that follow. Fuchs wrote little in a long life (both she and Clarke made it into their 90s) but the three-movement Sonate is a simply terrific work that brings the best playing on the CD from Thibeault.

Another solo work that began as a piece for cello, young Canadian composer Anna Pidgorna’s The Child, Bringer of Light from 2012, ends the CD. Its eight continuous sections use a variety of techniques to great effect and once again show just how talented a player Thibeault is.

Terry Robbins – The WholeNote 
 

Barczablog
17 mars 2019

The new ATMA Classics CD ELLES seems apt for a month when there seems to be a great deal of music, opera & theatre created by women, celebrating female creativity, and perhaps extra noticeable with last week’s International Women’s Day on March 8th. There was Stacey Dunlop’s Lonely Child Project, Sook-Yin Lee’s Unsafe at the Berkeley Street Theatre, School Girls at Buddies, Revisor choreographed by Crystal Pite. And upcoming we get Next Wave Workshop from Musique 3 Femmes (and Tapestry), and the Toronto City Opera’s La traviata. And those are just the recent/current ones I’m aware of.
So I’ve been listening incessantly to ELLES.

Leslie Barcza - Barczablog

Critique complète ICI
 

ICI Musique
8 mars 2019

L’altiste Marina Thibeault (Révélation Radio-Canada en musique classique 2016-2017) sort un deuxième album intitulé Elles. Il s’agit d’un hommage à des compositrices allant du 19e au 21 e siècle, comme Clara Schumann, Fanny Hensel (Mendelssohn), Rebecca Clarke et quelques autres.

Nous sommes tour à tour séduits, charmés, touchés, surpris et impressionnés par cet album qui trace un fil chronologique tout féminin de la musique pour alto, débutant au 19e siècle avec Clara Schumann (Wieck) et Fanny Hensel (Mendelssohn), se poursuivant au 20e avec Nadia Boulanger, Rebecca Clarke et Lilian Fuchs, et se terminant au 21e avec Anna Pidgorna.

La séduction vient de Clara Schumann, avec les douces Romances, op. 22, et le charme de Nadia Boulanger avec ses Trois pièces pour violoncelle et piano (ici arrangées pour alto, évidemment). On ne devinait pas cette qualité de plume venant de cette grande pédagogue qui a enseigné à presque tout ce qu’il y a eu de grands compositeurs au 20e siècle (Copland, Barber, Françaix, Carter, Glass, Piazzolla, Michel Legrand, Vladimir Cosma, etc.)

Nous sommes ensuite touché par la délicatesse d’écriture du Dämmrung senkte sich von oben (Le crépuscule qui tombe d’en haut) de Fanny Hensel (Mendelssohn), une œuvre nocturne qui convient idéalement à la couleur naturellement sombre de l’alto.

La grande découverte de cet album vient de Rebecca Clarke, compositrice britannique née en 1886, inspirée par les poètes français et dont la Sonate pour alto et piano est une merveille à écouter d’urgence, teintée d’un debussysme élégant et très personnel.

La Sonate pastorale pour alto solo de Lilian Fuchs a un caractère sombre et sérieux, mais titillé ici et là par quelques velléités folkloristes, puis, The Child, Bringer of Light, de la jeune compositrice Anna Pidgorna (née en 1985), est une œuvre aux textures éclatées, aux sonorités expressionnistes, avec force glissandos, pizzicatos, cordes plus grattées que frottées, etc. Cela dit, bien qu’elle soit d’un modernisme assez poussé, la pièce n’est pas agressante. Il semble que l’Enfant de lumière évoqué soit fait de scintillements éparpillés, déconstruits telle la lumière du soleil à travers un prisme, ici celui de l’écriture de cette compositrice née en Ukraine.

Le répertoire pour alto est, disons, peu foisonnant. La musique de compositrices ne se fait pas prolixe non plus, quoique la tendance soit heureusement à la hausse. Imaginez faire un album de musique pour alto écrite par des femmes; le défi peut apparaître redoutable. Mais en creusant un tout petit peu, on y arrive, et l’on fait même de superbes découvertes! S’il y a une artiste québécoise qui pouvait apporter ce genre de contribution significative, c’est bien Marina Thibeault!

Frédéric Cardin – ICI Musique

Le Journal de Montréal
7 mars 2019

Demain, vendredi 8 mars, et il fera certainement beau, c’est la journée internationale des femmes. Comme nous ne discutons pas de politique dans notre blogue ou si peu, faisons place à la musique classique, aux jeunes interprètes et aux femmes compositrices. Sous le titre Elles, l’altiste Marina Thibeault et la pianiste Marie-Ève Scarfone rendent hommage à ces femmes qui ont composé de superbes œuvres. Au fil des plages, nous retrouvons bien entendu : Clara Schumann pour Trois romances, l’immense pianiste et pédagogue Nadia Boulanger pour Trois pièces pour violoncelle et piano (une transcription dans le cas présent). Parmi les moins connues, puisque nous sommes en présence de découvertes, retenons la violoniste et altiste Rebecca Clarke (1886-1979) dans Sonate pour alto et piano, et l’Ukrainienne Anna Pidgorna (1985) avec The Child, Bringer of Light. Tout en finesse et en délicatesse, ce surprenant tandem de jeunes interprètes tisse des couleurs, travaille les reliefs et approfondit le travail de ces compositrices parfois oubliées. Bravo!
Christophe Rodriguez - Le Journal de Montréal