EN

Panier 0 item(s) Voir mon panier Me connecter

Livret
André Mathieu : Musique de chambre

ICI Musique
31 mai 2019

ATMA Classique fait paraître ce printemps un bouquet musical regroupant de splendides musiques de chambre d’André Mathieu. Les sélections telles que revues par le pianiste Jean-Philippe Sylvestre et les quatre virtuoses des cordes qu’il a réunis pourraient d’ailleurs se comparer à une plante vivace : c’est-à-dire une merveille que l’on veut constamment voir prendre vie.

Sur cet album, Jean-Philippe Sylvestre a réuni des chambristes de haut calibre : Marc Djokic, premier violon de l'Orchestre classique de Montréal (autrefois l'Orchestre de chambre McGill); la violoniste Andréa Tyniec, qui mène une carrière de soliste; Elvira Misbakhova, alto solo associée à l’Orchestre métropolitain de Montréal, à l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières de même qu’à celui de Longueuil; et Chloé Dominguez, violoncelle solo de l’Orchestre classique de Montréal et de l’Ensemble contemporain de Montréal.

Une musique de chambre tout sauf soporifique
Si vous n’êtes pas initiés au concept de « musique de chambre », n’allez pas croire que l’on a affaire ici à une chambre où l’on sommeille. Bien au contraire, dans cette sélection, la musique d’André Mathieu nous emmène dans un univers où l’on est constamment stimulé : changements de dynamique, changements de tempo, lignes mélodiques surprenantes et des harmonies juste assez tendues. L’exécution des musiciens y est pour beaucoup aussi. Il n’y a qu’à constater leur Fantaisie brésilienne parfaitement sautillante. Leur synchronicité et leur fluidité sont particulièrement remarquables dans le Quintette, dont l’Allegro nous transporte dans des lieux peu communs et dont le Con fuoco brûle tantôt avec tendresse, tantôt avec vivacité, mais toujours avec chaleur.

Jean-Philippe Sylvestre connaît André Mathieu depuis l’âge de 13, pour avoir participé au documentaire de Jean-Claude Labrecque André Mathieu, musicien. Il l’a mis de côté un certain temps pour enfin retomber amoureux de l’œuvre de celui qui avait été surnommé « le Mozart québécois ». Sur cet album, Jean-Philippe Sylvestre nous fait le plaisir de la découverte : deux pièces inédites d’André Mathieu, soit Désir et Nocturne. Qui de mieux placé pour le faire que Jean-Philippe Sylvestre, lui qui a aussi déjà enregistré des concertos d’André Mathieu en compagnie d’Alain Trudel et l’Orchestre métropolitain? 

André Mathieu : musique de chambre nous permet de découvrir ou de redécouvrir une facette intimiste de l’œuvre de ce compositeur postromantique longtemps oublié dans le paysage de la musique classique au Canada. Alain Lefèvre n’est donc plus le seul à défendre le riche legs du génie musical. Sylvestre en particulier, mais aussi les Dominguez, Misbakhova, Tyniec et Djokic sont également de dignes porteurs du flambeau.

Frédéric Cardin - ICI Musique