EN

Panier 0 item(s) Voir mon panier Me connecter

Livret
André Mathieu : Musique de chambre

American Record Guide
18 septembre 2019

The Quebecois pianist-composer Andre Mathieu (1929-68) battled alcoholism, which caused his early death. The liner notes identify three style periods and note that the second, from 1943 to 1953, was the most productive; all these works come from those years. His style reminds me of Ravel with a pop music accent; the melodies are abundant and charming. They often seem to unfold in a rhapsodic manner (the arch form of the Brazilian Fantasy and the thematic recall at the end of the violin sonata are exceptions). In general, the larger chamber works fare best—the boundless melodies are accompanied by harmonies that are a bit murkier but still tonally oriented and impressionist. But even then, the works are not very long, usually around 15 minutes. All of the performances are technically brilliant and musical, with sensitive and intelligent phrasing. The sound is fine.

© 2019 American Record Guide 

The WholeNote
28 août 2019

The turbulent life of the pianist and composer André Mathieu (1929–68) began in triumph and ended in tragedy. This son of professional musicians was hailed as “the Mozart of Québec” at his Parisian debut in 1936 but ultimately faded into in a haze of alcoholism and obscurity, succumbing to a heart attack at the age of 39. It is perhaps not surprising that Mathieu’s resolutely post-Romantic style, heavily influenced by Scriabin and Debussy and profoundly melodic and episodic by nature, was disdained in the new music circles of the 1960s. It is largely due to the advocacy of the Québécois pianist-composer Alain Lefèvre, a champion of Mathieu’s piano concertos, that his reputation has been restored in our post-modern era.

The album features Mathieu’s eight chamber works from the middle of the 20th century, the era of his finest compositions. It includes a selection of compact duets for violin and piano featuring pianist Jean-Philippe Sylvestre with violinists Mark Djokic and Andréa Tyniec alternating as soloists. Tyniec (who dazzled Toronto recently performing Ana Sokolović’s violin concerto for New Music Concerts) lays claim to the enjoyable though discursive Violin Sonata. Of particular interest are the Quintette for piano and string quartet and the Trio for violin, cello and piano, two substantial works in which Mathieu exceeds himself in the mastery of large-scale forms. The performances are uniformly excellent and production values are top notch.

Daniel Foley - The WholeNote

 

ICI Musique
31 mai 2019

ATMA Classique fait paraître ce printemps un bouquet musical regroupant de splendides musiques de chambre d’André Mathieu. Les sélections telles que revues par le pianiste Jean-Philippe Sylvestre et les quatre virtuoses des cordes qu’il a réunis pourraient d’ailleurs se comparer à une plante vivace : c’est-à-dire une merveille que l’on veut constamment voir prendre vie.

Sur cet album, Jean-Philippe Sylvestre a réuni des chambristes de haut calibre : Marc Djokic, premier violon de l'Orchestre classique de Montréal (autrefois l'Orchestre de chambre McGill); la violoniste Andréa Tyniec, qui mène une carrière de soliste; Elvira Misbakhova, alto solo associée à l’Orchestre métropolitain de Montréal, à l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières de même qu’à celui de Longueuil; et Chloé Dominguez, violoncelle solo de l’Orchestre classique de Montréal et de l’Ensemble contemporain de Montréal.

Une musique de chambre tout sauf soporifique
Si vous n’êtes pas initiés au concept de « musique de chambre », n’allez pas croire que l’on a affaire ici à une chambre où l’on sommeille. Bien au contraire, dans cette sélection, la musique d’André Mathieu nous emmène dans un univers où l’on est constamment stimulé : changements de dynamique, changements de tempo, lignes mélodiques surprenantes et des harmonies juste assez tendues. L’exécution des musiciens y est pour beaucoup aussi. Il n’y a qu’à constater leur Fantaisie brésilienne parfaitement sautillante. Leur synchronicité et leur fluidité sont particulièrement remarquables dans le Quintette, dont l’Allegro nous transporte dans des lieux peu communs et dont le Con fuoco brûle tantôt avec tendresse, tantôt avec vivacité, mais toujours avec chaleur.

Jean-Philippe Sylvestre connaît André Mathieu depuis l’âge de 13, pour avoir participé au documentaire de Jean-Claude Labrecque André Mathieu, musicien. Il l’a mis de côté un certain temps pour enfin retomber amoureux de l’œuvre de celui qui avait été surnommé « le Mozart québécois ». Sur cet album, Jean-Philippe Sylvestre nous fait le plaisir de la découverte : deux pièces inédites d’André Mathieu, soit Désir et Nocturne. Qui de mieux placé pour le faire que Jean-Philippe Sylvestre, lui qui a aussi déjà enregistré des concertos d’André Mathieu en compagnie d’Alain Trudel et l’Orchestre métropolitain? 

André Mathieu : musique de chambre nous permet de découvrir ou de redécouvrir une facette intimiste de l’œuvre de ce compositeur postromantique longtemps oublié dans le paysage de la musique classique au Canada. Alain Lefèvre n’est donc plus le seul à défendre le riche legs du génie musical. Sylvestre en particulier, mais aussi les Dominguez, Misbakhova, Tyniec et Djokic sont également de dignes porteurs du flambeau.

Frédéric Cardin - ICI Musique