EN

Panier 0 item(s) Voir mon panier Me connecter

Livret
Hyver: Les Boréades

Opus Magazine
1 mai 2006

Kudos to Francis Colpron (direction, recorders and traverse fute) for choosing the repertoire on this new CD. It is spectacular. (...) Karina Gauvin is at the height of her career and had a triumph last fall in France singing the lead role in Jean-Marie Leclair's operatic masterpiece Sylla & Glaucus, conducted by Christophe Rousset. She is capable of delivering sublime purity of tone with crystalline high notes that are truly amazing, outshining all other singers in concert.
(...) the musicians play magnificently, making this CD worth seeking out.
Paul James Dwyer - Opus

L'Actualité
1 mars 2006

CHAUD DEVANT!
Avant que l'hyver se termine, il faut courir se procurer ce disque à déguster devant la cheminée. Il a de tout pour réchauffer, ce CD qui s'ouvre sur une oeuvre instrumentale, version 18e siècle d'un set carré. Qui poursuit avec la cantate L'hyver, de Bodin de Boismortier, où notre Karina Gauvin brille de tous ses feux.
La soprano montréalaise réussit à nous étonner d'un enregistrement à l'autre. Timbre rond et sonore, mélismes virtuoses et fluides, trilles étincelants, diction châtiée, lignes mélodiques soutenues avec art, la chanteuse fait mentir Mozart, qui prétendait que le français n'était pas une langue chantable! La partie instrumentale, assurée avec énergie par les Boréades, sous la direction du flûtiste Francis Colpron, contribue au réchauffement climatique. Un bijou de disque.  
Véronique Robert - L'Actualité

Le Journal de Montréal
22 octobre 2005

★★★★½

Qu'est-ce qui fait l'aura d'une grande chanteuse? La simplicité! Après un prix Opus pour la Symphonie no 4 de Mahler sous la direction de Yannick Nézet-Séguin, la soprano Karina Gauvin touche au cœur avec ces cantates françaises où il est question d'aventures amoureuses, de héros de dieux tout-puissants. Divisé en quatre parties, Hyver est aussi une belle carte de visite pour les Boréades de Montréal; Ouverture et suite de danses, Concerto comique qui accompagne la soprano. Avec Cantate d'Hyver (Boismortier) et Cantate Orphée (Clérambault), Karina Gauvin explore l'amour sur fond de guerre avec une force et une intelligence qui classent ce disque, parmi les meilleurs de la saison.

Christophe Rodriguez - Le Journal de Montréal

Classica-Répertoire
1 septembre 2005

8/10
Le timbre charnu et rond de Karina Gauvin sied particulièrement bien à la cantate L'Hyver de Bodin de Boismortier dont le cycle des Saisons mériterait une intégrale de la part de cette soprano si joliment appariée à l'esthétique XVIIIe siècle, comme en témoigne aussi sa cantate Orphée de Clérambault. Le reste du programme orchestral est plus connu (deux concertos comiques de Corrette), mais offre à l'ensemble canadien Les Boréades de faire la démonstration de sa pugnacité interprétative.
Classica-Répertoire