EN

Panier 0 item(s) Voir mon panier Me connecter

Livret
MOZART: Concertos 11-12

La Presse
9 mars 2008

★★★★
Les Concertos pour piano de Mozart sont d'une telle richesse qu'ils continuent de nous parler même à travers des lectures traditionnelles. Or, il n'y a rien de traditionnel dans la récente interprétation de la canadienne Janina Fialkowska.
Chez ATMA, Fialkowska reprend la formule de son enregistrement de 2004 des deux Concertos de Chopin: elle les joue en «version de chambre», c'est-à-dire avec un quintette à cordes, le Chamber Players of Canada.
On a ajouté ici une contrebasse pour donner un peu de poids au son. L'impression est d'abord étrange: on écoute de la musique de chambre plutôt qu'un concerto et il est sûr que cette formule ne remplace pas l'original. En même temps, la réduction de l'orchestre souligne à la fois les détails de l'accompagnement et la présence du piano, clair et pénétrant. Avec les ans, Fialkowska est devenue une interprète très intéressante - et j'ajoute, bien supérieure à la surmédiatisée Hewitt!
Il existe d'autres enregistrements de ces concertos joués en «version de chambre» et celui-ci rejoint les meilleurs.
Claude Gingras - La Presse

BBC Music Magazine
1 mars 2008

Performance ★★★★
Sound ★★★★
The Chamber Players of Canada make light work of music Mozart described as falling 'pleasingly on the ear' while retaining something for the connoisseur.
The pianist is prizewinner of the first ever Artur Rubinstein Competition, Janina Fialkowska, who displays something of Rubinstein's innate twinkling elegance in readings that highlight the chamber qualities of Mozart's scores.
She finds lambent soulfulness in the Andante of K414 - a concerto stamped with vintage A major Mozart - and the buoyant, incisive strings make it easier to achieve the light-on-its-toes perkiness of K413's minuet-flavoured Finale. Mozart's woodwind can never lightly be excluded, so characteristic are they; but turn a blind ear: the Chamber Players of Canada won't disappoint you!
Paul Riley - BBC Music Magazine

Opus Haute Définition Magazine
1 mars 2008

 «Opus d'or»
Cet enregistrement en provenance du Canada nous invite à une rencontre musicale comme on aimerait en faire plus souvent. Les Concertos pour piano N°11 K. 413 et N°12 K. 414, proposés ici dans leur version de chambre, de la main même du compositeur autrichien sont des chefs-d’œuvre absolus. Et comme l’écrivait Mozart : « Ces concertos présentent un heureux équilibre entre le trop facile et le trop difficile ; ils sont très brillants, plaisants à l’oreille, et naturels sans être ennuyeux. Il y a des passages ici et là dont seuls les connaisseurs tireront une réelle satisfaction, mais lesdits passages sont écrits de telle façon que les moins instruits ne manqueront pas d’être séduits, bien que sans savoir pourquoi ». Composées au terme de l’année 1782 et au début de 1783, ces œuvres firent la joie de leur auteur qui désirait rendre, d’une manière générale, ses créations populaires en vue de les commercialiser. Ce splendide enregistrement, à la prise de son remarquable de naturel et de chaleur, s’achève avec le Quatuor à cordes N°4 K. 157. Ce dernier est l’œuvre d’un jeune homme de dix-sept ans et fut conçu, comme le souligne Julian Armour : « pour plaire au goût italien de l’époque ». Accompagnée par le Chamber Players of Canada, la pianiste Janina Fialkowska subjugue par une délicatesse de toucher et des phrasés à la fois poétiques et lumineux. Son jeu est une palette de lumières plus que de coloris, il illustre parfaitement ce que disait le musicologue Theodore Baker, à savoir que Mozart est bien le « suprême génie de la musique dont les œuvres sont restées inégalées tant par leur beauté, leur lyrisme, leur variété rythmique que par leur invention mélodique ». Tout simplement incontournable.
Jean-Jacques Millo - Opus HD Magazine

InfOpéra
1 janvier 2008

Cette version de chambre qu'a choisi d'enregistrer la montréalaise Janina Fialkowska, avec la complicité des Chambristes du Canada (Chamber Players of Canada), un ensemble à géométrie variable, réunissant cette fois Jonathan Crow et Manuela Milani, violonistes, Guylaine Lemaire, altiste, Julian Armour, violoncelliste - qui signe les intéressantes notes de programme - auxquels la contrebasse de Murielle Bruneau ajoute de la rondeur.

Le résultat est excellant: jeu impeccable et finement ciselé de Fialkowska qui laisse magnifiquement chanter ses doigts dans les mouvements lents des deux concertos, empreints de l'amour de Mozart pour l'opéra, fine musicalité du quintette à cordes, belle chimie entre les différents partenaires. De prime abord, cette version allégée peur surprendre au détour de quelques tutti dans lesquels on s'attend à un alliage des cordes et des vents, mais très rapidement, on découvre une foule de détails que seule une formation de chambre permet de débusquer.

En complément de programme, le quatrième quatuor à cordes, K.157, une oeuvre de prime jeunesse, remontant à l'un des séjours de Mozart en Italie, dix ans avant les deux concertos: rien qu'à penser que le mélancolique Andante central, en do mineur, est l'oeuvre d'un gamin de douze ans, j'en ai des frissons.

Irène Brisson - InfOpéra

The Gazette
1 novembre 2007

★★★★
...Janina Fialkowska is a fine Mozartian in these recordings of Concertos No. 11 and 12 in the composer's chamber arrangements (with double bass added for strength). She finds the crossroads of simplicity and lyricism; the style is neither naiVe nor arch.
But neither is it middle-of-the-road! Violinist Jonathan Crow leads a spirited and idiomatic ensemble (the start of No. 12 could be taken for a string quintet) and the filler, the early Quartet K. 157 in C Major, is warm (this time with no double-bass ringer). Again, the direct expression of all four string players preserves the performance from the anonymity of "Mozart" style.
Arthur Kaptainis - The Gazette

The Ottawa Citizen
1 novembre 2007

★★★★ 1/2
“Janina Fialkowska and the string ensemble achieve an almost perfect consensus in their playing…As always, the playing is of the highest quality.”
Richard Todd - The Ottawa Citizen

The Toronto Star
16 octobre 2007

★★★★
In March, pianist Janina Fialkowska and her favourite chamber-music collaborators came to the Glenn Gould Studio to seduce us with two Mozart piano concertos that the composer had reduced to salon-size forces. This disc, recorded shortly afterward, captures the same magic of impeccable musicianship and transparent phrasing.
John Terauds - Toronto Star